Vol loisir : Le Caveau de Die

Vol loisir : Le Caveau de Die

Il est vrai que nous utilisons souvent l’hélicoptère « comme un avion ». C’est-à-dire, décollage d’un aéroport avec une piste, vol à vitesse de croisière puis atterrissage sur ce même point de départ ou autre aérodrome / Aéroport de destination muni d’une belle piste d’atterrissage ou d’un H si équipé.
Ce Mardi 07 Juillet 2020, nous avons effectué un vol que seul un hélicoptère peut réaliser, ce qui permet de se rendre compte à quel point c’est une machine formidable.

Notre destination: La DZ du « Caveau » à Châtillon-en-Diois

Nous décollons donc de Lyon Bron LFLY avec le F-GVYD, un de nos R44 Raven II avec 4 personnes à bord :
– François-Régis, notre instructeur.
– Jean, élève pilote privé en cours de formation.
– Bruno, passionné de voilures tournantes n’ayant pas volé depuis Décembre et qui avait hâte de reprendre les airs
– Jérôme, pilote privé acquérant de l’expérience en vu de passer pro.

Paysages caractéristique du Vercors

Cette première partie du vol, c’est Jean qui est aux commandes. Le décollage s’effectue de la piste principale 34 au vu de notre chargement et puissance disponible, puis virage à droite pour une sortie par BR (la balise NDB) en direction du Sud donc. Une fois la CTR de Bron quittée, nous passons avec la CTR de Grenoble pour transiter, qui nous donne un cap afin d’éviter la zone R 220 A, interdite de survol. Une fois libéré de celle-ci, notre route se poursuit en direction de St Jean-en-Royans (LFKE) en suivant scrupuleusement le log de Nav consciencieusement préparé par Jean. Nous sommes à présent à 6000 ft et découvrons les paysages spectaculaires que peut offrir le Vercors. Des forêts d’épineux à perte de vue, dans des reliefs à couper le souffle. Nous apercevons la ville de Die au loin, et savons que nous sommes à présent proches de notre destination.  A la verticale de Die, un cap Sud-Est nous permet d’apercevoir le petit village de Châtillon-en-Diois et de distinguer la DZ (Zone d’atterrissage). Plusieurs tours de reconnaissance sont nécessaires à la détermination de la direction du vent ainsi que de la meilleure approche possible pour effectuer l’atterrissage en toute sécurité. Ce qui a été parfaitement réalisé par le pilote sous la supervision de son instructeur. Nous nous posons donc sur le H, devant des spectateurs du restaurant émerveillés, ce même restaurant où nous nous dirigerons ensuite pour déjeuner.

Vertical de la DZ. Le H est visible ainsi que le restaurant « Le Caveau »

Il s’agit du Caveau  (https://www.traiteur-drome.com/) qui propose des menus gastronomiques, mais aussi un menu du jour à 14,80 € à déguster en terrasse au milieu des monts du Vercors. Après être rassasiés, nous nous dirigeons vers notre fidèle monture restée près de la DZ. (C’est très obéissant un hélicoptère 😉

Notre hélicoptère nous attend dans ce décor sauvage

Changement de pilote en ce début d’après-midi et c’est Jérôme qui prend les commandes pour un vol local afin de profiter du paysage magnifique offert par cet endroit insolite. Prochaine destination, l’altiport de La Motte Chalancon (LFJE) dont le point le plus haut de la zone de posé se trouve à 2883 ft (879 m) et dont la pente de la piste en herbe peut atteindre 16 % dans sa partie la plus inclinée. Nous suivons la carte VAC pour cette approche peu commune sur la piste 03 en auto-information sur la fréquence montagne 130.0 MHz. Une fois le stationnaire contrôlé à l’issue de cette approche, nous en profitons pour effectuer quelques posés en devers sous la supervision de l’instructeur, avant de redécoller de la piste 21, seule piste autorisée pour le décollage bien évidemment.
Cap au Nord-Ouest pour un survol de la forêt de Saoû, qui est un chaînon montagneux créant une sorte de Canyon dans lequel nous nous engouffrons. Ce moment là ne se décrit pas, il se vit. Les photos ne peuvent donner qu’un bref aperçu de ce que le survol en hélico de ce lieu unique permet de vivre. En un mot : Magique.

Vu passager avant de pénétrer dans la foret de Saoû

Après ce moment exceptionnel, nous continuons notre route en direction d’une DZ privée (Maison de l’oncle et la tante de François-Régis, notre instructeur) pour une approche et un posé afin de changer de pilote.

La vue en hélico offre une perspective hors du commun

Cette fois-ci, c’est Bruno qui est aux commandes et qui ne cache pas son plaisir de reprendre les commandes après 7 mois au sol. Cap au Nord cette fois-ci, afin de rejoindre notre aéroport de départ. Ce retour nous fait passer à l’Est de Valence (LFLU) et Romans-sur-Isère (LFHE) et nous décidons de faire une halte sur le terrain de St Rambert (LFLR) afin de remettre du carburant. Une fois à la pompe, nous en profitons pour admirer un biplan en évolution dans le circuit de piste et discuter avec un local basé venu nous accueillir avec bienveillance.  une fois le carburant dans les réservoirs, nous repartons vers le Nord tout en restant à l’Est de Vienne (LFHH), et survolons le VOR de Vienne (VNE), malgré l’absence d’un tel équipement à bord. Le contact pris avec Bron tour, nous rentrons par SA pour un posé sur le H face au Nord qui se termine par un retour au hangar 9 qui clôture cette belle journée de voyage en hélicoptère.

Le Rhône et la ville de Vienne